[ Akatsuki Legend ]

[ RPG Naruto // Entrez dans la légende du monde des Shinobis. Où serez-vous et dans quel camps, à l'aube de l'ascension de l'Akatsuki?... ]
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 | Kurosawa Tsukiyomi / L'Artiste Lunaire |

Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukiyomi Kurosawa
Akatsuki Member - Artiste / Sombre Dictatrice
Akatsuki Member - Artiste / Sombre Dictatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 25
Localisation : Derrière toi, un katana sous ta gorge...
Loisirs : Tuer des ninjas xD
Age RPG : 18 ans
Date d'inscription : 24/08/2007

Fiche du Ninja
Inventaire:
Equipe: /
Citation: L'art est...tuer avec classe!

MessageSujet: | Kurosawa Tsukiyomi / L'Artiste Lunaire |   Lun 27 Aoû - 15:28

Votre Shinobi:



Nom: Kurosawa
Prénom: Tsukiyomi [Qui veux dire littéralement : Lune(Tsuki) et L'Au-delà(Yomi)
Surnom(s): Tsuki
Age: 18 ans
Taille: 1m68
Poids: 52 Kg
Date de Naissance: 5 Avril

Village: Née à Iwa no Kuni. Ex-Shinobi de Konoha no Kuni.
Grade: Nukenin de Konoha no Kuni / Criminelle de Classe S / Membre d'Akatsuki

Son Histoire:

Caractère:
Tsukiyomi est assez froide avec son entourage, elle ne montre pas souvent ses sentiments, et garde un masque d'indifférence et de calme absolu. Malgré ça, elle est très intelligente et stratégique, bien que sa tactique préférée en combat est de foncer dans le tas. Ce n'est qu'après qu'elle réfléchi sérieusement pour gagner, elle teste ses adversaires et essaye de comprendre leurs façon d'attaquer et leurs affinités, pour mieux les surprendre et les piéger. Assez lâche par moments, elle est de plus très égoïste et imbue d'elle-même, préférant s'esquiver et s'enfuir en cas de problème. Ce qui est sûr, c'est qu'elle ne vous sera d'aucune aide en combat de groupe, vu que si ça se corse, elle fuira et pensera plus à sa propre sécurité qu'à celle des autres. Tsukiyomi n'aime pas le travail d'équipe, elle préfère agir en solo, et selon elle, c'est le meilleur moyen de progresser sérieusement et de gagner. Elle n'aime pas être aidée ni sauvée, très orgueilleuse, elle a sa fierté de kunoichi tueuse. Il arrive à la kunoichi d'être très impulsive et de se laisser envahir par la colère, et vaut mieux ne pas être dans les parages, une seule remarque ou provocation de la part d'un adversaire, et cela tournera en guerre nationale. Tsukiyomi prends un certain temps à élaborer une stratégie, ce n'est pas une super lumière, et peut faire des erreurs qui peuvent êtres fatales. Se laissant avoir par son sentiment de supériorité, elle juge souvent de haut et pense qu'elle est imbattable, et donc ne se donne pas à fond et se voit déjà victorieuse. La kunoichi déserteuse a du mal a accepter la défaite ou quand elle est en tort, ne voulant jamais perdre et ne jamais connaître la difficulté. Elle se voilera la face, comme elle est très butée, et n'avouera jamais avoir tort, du moins sincèrement, pas ironiquement. Car Tsukiyomi est assez faux-cul et très lèche-bottes, elle utilise ses talents d'actrice pour arriver à ses fins, et avoir le respect de tous. Alors qu'en vérité, ce n'est qu'une hypocrite et une égocentrique de première, elle provoque très souvent les autres et joue de ses charmes comme de ses capacités à rester sereine et calme en toutes circonstances. Tsukiyomi est arrogante et fière, elle est aussi très hautaine et classe les ninjas dans son échelle personnelle, selon ce qu'elle a entendu dire d'eux, s'ils sont forts ou pas; et il en faut beaucoup pour l'impressionner. La jeune femme aime la solitude et la lune ainsi que la pluie, qu'elle trouve de toute beauté. Tsukiyomi trouve ça mélancolique et artistique, enfin quand elle est seule et observe le ciel étoilé et la pleine lune, ça la rends mélancolique, puisqu'elle est plongée en mode "nostalgique". Aussi, on peut la trouver souvent dans des lieux peu recommandables, comme les bars, ou bien dans les alentours d'un village, ou encore en haut d'une falaise. Elle est aussi connue pour aimer l'argent et le saké plus que sa vie, étant fan des jeux d'argent, comme le poker entre autre. Tsukiyomi est aussi quelqu'un d'assez impatiente, elle essaye de se montrer patiente pour avoir le beau rôle, mais son envie de tout faire exploser et tout casser prends vite le dessus, surtout en mission ou en combat, elle déteste rester inactive et veut que ça bouge. Elle trouve que les choses éternelles sont de l'art, donc elle considère son pouvoir comme de l'art. Assez difficile à cerner, un coup elle peut paraître calme, et l'autre elle s'énerve et veut tout casser. La haine est un sentiment qu'elle ressent très souvent, surtout pour son village Konoha, elle souhaite plus que tout le faire brûler sous son art. Assez sadique et cruelle, elle aime voir les autres souffrir, surtout ses ennemis, et préfère les voir mourir lentement, et donc souffrir, au lieu d'abréger leur souffrance en les éliminant tout de suite. Elle ne trouve pas ça "artistique", et comme elle le dit souvent, elle agit en subtilité et en finisse, et quand elle fait quelque chose, elle n'abandonne jamais quoi qu'il en coûte, et reviendra toujours pour finir son dût, si jamais elle a était interrompue. Il est rare de la voir parler d'autre chose que l'art, qui est pour elle l'éternité, donc la vie éternelle, car selon elle, toute vie à une fin, sauf pour les belles choses, comme la pluie, la lune, ou le ciel...Tsukiyomi a une façon de réagir et de parler bien distincte, elle est assez vulgaire et aime quand elle provoque un chaos ou un meurtre, cela la rends plus forte et plus fière de son travail. Car, comme je l'ai déjà dit, concernant son art, quand elle tue quelqu'un, elle cherche à rendre sa mort la plus artistique possible, selon le ninja bien évidemment; elle ne se donnerait pas autant de mal à en faire son "chef d'oeuvre" s'il n'en valait pas la peine...d'où son tableau de chasse et son échelle de valeur. Assez hyperactive, elle s'excite pour un rien et aime voir le sang couler de ses mains, et elle est fana du fameux dicton "Si tu veux que le travail soit bien fait, fais le toi même". Elle est aussi très sociable malgré sa froideur, et aime discuter, elle s'attache assez aux gens mais sans vraiment le savoir elle même. Elle idôlatre Itachi Uchiha, surtout pour les crimes dont il est accusé, elle trouve l'idée du massacre très artistique et dit de lui qu'il est un artiste du massacre.



Physique:
Tsukiyomi est une belle jeune femme d'1m68 pour 52 kilos. Elle a de longs cheveux bruns, qui peuvent parfois tourner brun foncé dans une pièce sombre. Ses cheveux sont longs et lisses, et forment un léger dégradé sur le côté gauche de son visage, lui cachant par moments une partie de son visage. Ses cheveux lui arrivent jusqu'au bas du dos détachés -elle les laisse tout le temps à l'air libre et ne les attachent que dans des rares moments-. Sa peau est blanche, un peu pâle, mais légèrement bronzée. Son visage à une forme ovale, et ses traits sont fins et délicats, elle paraît un peu plus vieille que son âge quand on regarde bien son regard, qui est souvent vide et indifférent, preuve d'une certaine maturité. Elle a de fins sourcils, de la même couleur que ses cheveux, dessinés pour lui donner un air fier et aguicheur. Ses yeux sont marrons, soulignés d'un trait de crayon noir pour accentuer son regard pénétrant et envoûtant. Son nez, petit et légèrement retroussé, puis une fine bouche aux lèvres rosées. Son corps est mince et un peu musclé, elle est très souple et habile, dût à ses entraînements au taijutsu dans son enfance et encore maintenant. Son ventre est plat, et sa silhouette est fine et élancée; elle à aussi une poitrine plutôt généreuse. Son style vestimentaire est assez simple, en effet, elle porte un haut d'une couleur assez sombre, noir, assez court et sans manches, laissant ses épaules et son ventre nu, avec une fermeture éclair grise; sous ce haut, elle a un débardeur blanc très court -s'arrêtant comme le précédent, au début du ventre-, avec un col en V. Ensuite, elle porte un pantalon noir, avec des bas blancs -sortes de chaussettes de l'Aka- sur ses chaussuree noires de ninja. Celle-ci possèdent un haut talon, afin de montrer avant tout qu'elle est une femme, et donc elle se montre féminine, malgré sa force surhumaine. Tsuki' porte également une paire de gants noirs. Sur son épaule gauche, il y a un tatouage d'Anbu, et sur le début de sa poitrine, un mini losange noir, c'est son sceau qui lui donne la vie éternelle. Et sur son avant-bras droit, un petit noeud rouge s'y trouve attaché. Sans oublier son épée, qui porte le nom de katana, accroché à une longue ceinture disposée légèrement de travers sur les hanches de la Kunoichi. Tsukiyomi prends soin de son apparence, et conserve la longueur actuelle ses cheveux depuis quelques temps déjà, elle tient à être avant tout une femme ninja, et ne crois pas en la soi-disant "supériorité masculine", une femme est l'égal d'un homme, que ce soit en puissance ou en intelligence, elle en est persuadée, et tiens à le prouver au monde entier en devenant la femme ninja criminelle la plus forte au monde.

_________________


"L'art est de savoir torturer son adversaire sans le tuer directement."


Dernière édition par le Sam 1 Sep - 2:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akatsuki-legend.nice-boards.com
Tsukiyomi Kurosawa
Akatsuki Member - Artiste / Sombre Dictatrice
Akatsuki Member - Artiste / Sombre Dictatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 25
Localisation : Derrière toi, un katana sous ta gorge...
Loisirs : Tuer des ninjas xD
Age RPG : 18 ans
Date d'inscription : 24/08/2007

Fiche du Ninja
Inventaire:
Equipe: /
Citation: L'art est...tuer avec classe!

MessageSujet: Re: | Kurosawa Tsukiyomi / L'Artiste Lunaire |   Lun 27 Aoû - 15:31



Histoire:
« On dit souvent que la première impression est toujours la bonne, que ce soit pour quelqu’un ou autre chose. Dans ce cas, pourquoi en sont-ils morts ? Croyant qu’ils avaient raison d’accorder leur confiance, de léguer leurs rêves, leurs désirs, leurs envies, leurs souhaits…Ca s’est retourné contre eux, croyant avoir enfin trouvé la personne qui les amèneraient à leur apogée, à leur ascension au succès…Mais ça les a mener à leurs morts. Voilà pourquoi la seule chose qu’un shinobi se doit de faire, c’est vivre en gardant tout pour soi. C’était leur faiblesse, qui est désormais sa force. »

I. La naissance…

Une fine pluie tombait du ciel, recouvrant le village d’une marée d’eau, les nuages étaient plus que visibles, l’ont ne pouvait discerner que ça en scrutant le ciel sombre ; éclairé par les doux rayons de l’astre lunaire. Mais tout commença un soir, à Iwa no Kuni, pendant la guerre. Deux jeunes gens âgés de la vingtaine eurent leur premier enfant, une petite fille, qu’ils appelèrent Tsukiyomi ; parce que la mère voulait que son enfant porte l’anagramme de la Lune, et le père souhaitait celui qui signifiait l’Au-delà. C’était un jeune couple riche d’Iwa, l’homme, qui s’appelait Fuyutsuke Kurosawa. Et sa femme se nommait Aoi. Elle n’était pas une Kunoichi, c’était une simple femme au foyer aux bons petits soins de son mari arrogant et avare. Fuyutsuke n’aimait pas vraiment Aoi, puisqu’il s’était uniquement marié avec elle, à cause d’un mariage arrangé de ses parents quand il avait 16 ans. Il aimait une autre femme, qui fût tuée lors de la guerre au pays des roches, l’homme en fût déprimer et fit son deuil ; en se jurant de faire renaître l’âme de cette femme en une autre, veiller à ce que la force, le mental et la patience de sa bien aimée passe en une autre femme, qu’il choisit : sa fille aînée. Mais la guerre survint, et le jeune couple qui venait d’avoir Tsukiyomi, quittèrent précipitamment le pays des roches pour le village caché de la feuille. Là-bas, ils recommencèrent leur vie à zéro, ils eurent une immense demeure près du quartier des Uchiha, à l’écart de l’agitation du village. Une belle maison traditionnelle japonaise, avec un jardin typiquement japonais en plein air, au cœur du domaine. Fuyutsuke était le directeur d’une société en bâtiment assez populaire, il avait le monopole sur tout dans le village concernant les bâtiments et tout ce qui allait avec ; il était donc très imbu de lui-même et voulait à tout prix, que sa société vive éternellement, il lui fallait donc une héritière ou un héritier, et son choix se porta sur sa fille. Puis quelques années passèrent, et Fuyutsuke décida d’inscrire sa fille à l’académie ninja, voulant faire d’elle une Kunoichi. Il l’éleva donc avec cette mentalité en tête, lui confiant ses désirs, ses rêves pour son propre avenir, lui inculquant les bases et essayant de la rendre la plus obéissante et froide possible. Au début Aoi approuvait son époux, elle comprenait qu’il veuille que leur fille soit une Kunoichi, et aussi qu’il souhaite qu’elle puisse ressembler à l’amour perdu du jeune homme. Mais il allait trop loin, il était bien trop dur et sévère, elle était bien trop jeune pour tout comprendre, comprendre qu’elle était l’espoir du clan et de la société. Le directeur était obsédé par son idée de règne et de la succession, il en avait oublier sa défunte bien aimée, trouvant quelque chose d’autre à la place, une héritière sur qui placer toutes ses ambitions, les buts qu’il n’avait jamais pût accomplir, elle le fera à sa place, tout ce qu’il avait rater, c’est elle qui le réussira ; il vivrait ses rêves à travers sa fille ; qui n’avait pas le droit de penser ou de vouloir une autre voie. D’ailleurs ça ne lui était pas venu à l’esprit, elle écoutait son père et faisait ce qu’il voulait qu’elle fasse pour son avenir. Devenant plus une marionnette de glace qu’une jeune fille en pleine croissance, elle était la dernière à l’académie ninja. Ses notes étaient affreuses, Fuyutsuke l’ignorait, Aoi le lui cachait, car si jamais il l’apprenait, le verdict serait tombé, et la vie de la jeune fille serait gâchée et uniquement consacrée aux entraînements de ninja et à l’éducation d’héritière qu’il lui donnait. Déjà qu’on aurait pût la comparer à une pierre, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur. Mais l’unique question, comment avait-elle pût devenir si distante, solitaire, froide, silencieuse, fière ? Tout simplement parce qu’il faisait en sorte qu’elle se comporte comme ça, lui rappelant sans cesse qu’elle portait le clan et la société sur ses épaules, qu’il ne fallait pas qu’elle échoue, un échec serait intolérable. Il entrait dans une colère folle au moindre problème, voilà pourquoi sa femme lui cachait des choses. Elle ne pouvait aider sa fille, elle voulait tant qu’elle soit plus « féminine », son mari ne tolérait pas les choses « futiles » dans ce genre, il n’acceptait donc pas qu’elle ait des petits amis ou autre chose comme ça, il pensait que cela ruinerait l’avenir du prodige, et puis, il n’a jamais voulu qu’elle ait une quelconque relation avec quelqu’un, que ce soit amicale ou plus. Bref, il apprit que sa fille était loin d’être le prodige qu’il souhaitait quand il reçu les notes de Tsukiyomi, elle était pourtant passée de justesse pour devenir genin, pourquoi ? Parce que son père était craint, il avait du pouvoir et de l’influence.

Citation :
| Ninjutsu : Trop de lacunes. N’est pas capable de se souvenir des signes à effectuer.
Genjutsu : Se laisse avoir par n’importe qui. Et ne peux même pas piéger le moindre animal dans un genjutsu.
Taijutsu : Le seul domaine satisfaisant si on peut le dire. Elle dispose d’une force surhumaine, mais à du mal à la contrôler et à faillit provoquer un effondrement de l’académie suite à un coup de colère envers un camarade.
Armes de Jets : Niveau stable, mais refusée au test. Cause : A épingler au mur le même camarade précédemment attaquer dans l’épreuve du Taijutsu.

Evaluation Générale : Reçue à l’Examen.
Commentaires : Acceptée uniquement selon vos ordres. |

Ce n’était pas très brillant, et les sourcils de Fuyutsuke se froncèrent à la dernière ligne des commentaires. Il était déçu que sa fille n’avait été acceptée seulement parce qu’il était le directeur de la société. Sa fille était une calamitée si on pouvait dire, un sale tempérament et très susceptible sur les bornes. Mais comment se faisait-il ? Il l’avait éduquée pour qu’elle soit comme une statue de glace. Chose étrange. Il réglerait le problème avec la principale concernée, qui arriva quelques minutes après, et en voyant le visage de son père elle sût les raisons de cette colère. S’approchant du salon et s’asseyant en seiza sur un des coussins, elle regarda son père d’un air sombre et mystérieux.

- J’ai reçu tes notes à l’examen.

Murmura-t-il, reposant doucement la feuille sur la table, se levant, continuant de fixer les yeux marron de sa fille. Il n’eut aucune autre réaction, mais sa voix trahissait ses mots, il était en colère, très en colère, et elle le ressentit, mais ne cilla pas, et aucun trait que ce soit de peur, de tristesse ou de joie ne vint illuminer son doux visage ; qui avait le teint pâle et la voix froide comme un vent d’hiver.

- J’ai été reçue.

- Grâce à moi. Tout est horrible dans ce bulletin. Comment as-tu fait ?

Elle ne répondit pas, laissant le silence s’installer. Fuyutsuke soupira et croisa les bras dans les pans de son kimono, quittant la pièce. Mais avant de partir, il continua sur le même ton.

- Nous continuerons cette discussion plus tard. Je n’en ai pas finit avec ton cas déplorant. Comment veux-tu faire honneur au clan si tu ne fait strictement rien ?

Fermant lentement les yeux, il quitta le salon, laissant la jeune fille âgée de 11 ans seule dans la pièce. Une pièce si froide, si triste, si mélancolique…comme son cœur.


II. Une jeune artiste de glace

Malgré ses pitoyables notes, la jeune fille avait bien d’autres problèmes, surtout avec son entourage, les autres jeunes diplômés. Elle n’était pas très populaire dans son genre, enfin, parmi les jeunes garçons, c’était l’idole de l’académie, la fille de glace, qui ne disait jamais rien ; elle avait quelque chose d’inabordable. Voilà la raison, voilà pourquoi elle n’avait ni ami, ni petit ami, ni personne sur qui s’appuyer. Cela pouvait rendre fou à la longue, mais c’était l’éducation que lui avait donné Fuyutsuke. Bien sûr, personne ne lui parlait ni faisait sous-entendre qu’on la trouvait « mignonne ». C’était comme le mot tabou. Mais le pire, était ses relations avec les filles de l’académie, désormais Genin. Elles étaient si coquettes, si pleines de vie, si abordables…Elles méprisaient l’héritière Kurosawa du plus profond d’eux, la jalousant en secret pour sa beauté, mais la jugeant de haut et la rabaissant en lui rappelant ses échecs.

- Kyaah ! Oui tu l’as vu !

- Oui !! En plus il vient d’être nommé Chef Anbu !

- C’est pas vrai ! A son âge ?

Deux jeunes Genin gloussaient et rougissaient à vu d’œil, parlant du nouvel chef Anbu, l’héritier des Uchiha. La Kurosawa se trouvait adossée contre un arbre, les yeux fermés, écoutant le moindre mot de leur conversation. Elle les trouvait pathétiques, à vanter les exploits de quelqu’un qui ne les connaissaient même pas. Jamais elle ne s’attarderait sur ça.

- Pitoyable…

Murmura la jeune fille de sa voix froide et dénuée de sentiments. Les deux filles se retournèrent et aperçurent Tsukiyomi. L’une d’elle parût surprise, avant de prendre une moue de dégoût.

- Qu’est ce que t’as dit la muette ?

Rétorqua une fille avec un sourire sarcastique, sourire que la jeune héritière aurait voulu enlever de ce visage si hideux que même le garçon le plus affreux de la terre ne contemplerait même pas.

- Vous êtes idiotes. Vous piaillaient comme des hyènes juste pour un garçon qui ne sait même si vous existez.

- …La ferme on t’as pas sonné ! Retourne dans chez toi! Va apprendre à être aimable !

Elle ne répondit pas et ouvrit ses grands yeux marron qui avaient une forme en amande. De magnifiques yeux qui ne demandaient que l’ont se plonge dans cette contemplation hors du commun. Mais non, simplement parce que selon certaines filles, elle n’était pas féminine et abordable. Ca en devenait saoulant, mais l’adolescente ne répliqua pas et s’éloigna de ces filles. Mais sur le chemin, elle passa par le QG des Anbus où elle reconnût au loin une Genin, qui s’avérait être une de ses anciennes connaissances. Ne faisant pas attention à elle, poursuivant son chemin, Tsukiyomi s’arrêta néanmoins par cette voix.

- Tsukiyomi-chan…Ca fait longtemps.

- …Rui-san. Je n’ai pas de temps à perdre…

La dénommée Rui eut un faible sourire et s’approcha de l’héritière. Cette fille avait été sa première « amie », ça remontait à loin, quand elle étudiait à l’académie ; les deux filles auraient pût maintenir leur amitié si le père de la jeune brune ne s’était pas interposé. Rendant sa fille dépendante du clan et répugnant ces sentiments comme l’amour, l’amitié, la joie, la tristesse…Rui comprenait tout ça et faisait de gros efforts pour s’approcher de sa vieille amie, mais rien n’y faisait. A croire que Tsukiyomi en avait plus qu’assez.

- Tsukiyomi-chan…Attends…

- Attendre ? Attendre quoi Rui ! Attendre que je puisse leur répliquer d’aller se faire voir ?! J’en ai assez, assez que l’on ne me compare qu’à mon père, qu’on juge que je ne pourrais être moi-même. Je te l’ai déjà dit, ne viens plus me voir. J’ai quelque chose à accomplir. Ne t’approche pas de moi, tu en souffrirais.

La jeune Genin continua son chemin, ne jetant plus un regard derrière elle. Attendre, elle attendait son heure. Le lendemain, elle fût affectée dans une équipe de deux autres Genin, deux garçons. Ichi Nakamura et Daisuke Setsû. Que de souvenirs, car le camarade qu’elle avait attaqué à maintes reprise était Ichi, qui l’aimait. Mais c’était un peu l’idiot du village, enfin du groupe. Tandis que Daisuke était le combattant frimeur et égoïste. L’équipe portait le numéro « 9 », et ils accomplirent bon nombre de missions avant de se présenter pour l’examen Chuunin. Ichi se fit battre à la dernière épreuve, confronté à un shinobi de Suna, et ce fût la même chose pour Daisuke. Pourtant, alors qu’on disait que la dernière de l’académie, la Kunoichi du groupe n’était qu’un fardeau, elle était la seule à être aussi forte durant l’examen, sans son cerveau et ses techniques, jamais l’équipe 9 ne serait allée aussi loin. Fuyutsuke pût en avoir la preuve lors du combat dans l’arène, où sa fille fit un tabac, battant son adversaire rien qu’avec sa force surhumaine, concentrant du chakra dans ses poings pour toucher son ennemi de plein fouet. Mais le plus étrange, c’est qu’elle visait bien, même très bien, elle ne cessait de le frapper au ventre, ce qui le faisait cracher du sang, ses poumons étaient atteints. Et gravement atteints, elle aurait pût le tuer. Les médecins ninjas jugèrent qu’elle avait touché le jeune garçon de Taki no Kuni avec une extrême précision, ce qui se révéla être une preuve qu’elle avait bien plus que des connaissances dans l’anatomie de l’humain et dans les jutsus médicaux. Employant à maintes reprises le scalpel chakra. Mais ce qui étonna la foule, c’est qu’à la fin, elle sortit plusieurs kunais et les lança sur le garçon déjà au sol. Mais au lieu de les lancer sur lui, ils atterrirent sur le mur, formant un mot : « Art ».

- …L’art est au-delà de ce que tu vois.

Murmura la jeune Kunoichi, fermant lentement les yeux avant de quitter le terrain de l’arène pour les gradins. L’arbitre ayant déclarée la Kunoichi gagnante, s’occupa du jeune garçon, qui ne bougeait plus. Le combat était finit et comme l’avait prédit l’héritière Kurosawa, le destin de son adversaire était de perdre. Son père en fût bien plus qu’étonné mais ne montrait rien, il se croyait le modèle de la Kunoichi, mais il se trompait. Il lui donnait trop de chances de le tuer, dévoilant trop de faiblesses. Alors que l’héritière avait déjà tout prévu, elle voulait depuis quelques temps ôter la vie de cet homme, devenir faucheuse, celle qui vous emportera en enfer. Telle une rose, belle à l’extérieur, dangereuse à l’intérieur à cause des épines. C’est à cette période de son adolescence, qu’elle commença à s’intéresser à l’art, et à créer des jutsus qui correspondaient à sa vision de l’art. La mort. Elle avait des dispositions dans de nombreux domaines de l’art ninja, Fuyutsuke s’était trompé, il avait sous-estimé sa fille, elle avait un niveau bien plus qu’élevé, mais alors pourquoi ? Cette question le fit douter de nombreux jours, pourquoi ne faisait-elle rien à l’académie si elle était capable de bien plus. Peut-être parce que son but, était de donner l’effet de surprise, de surprendre ses adversaires et son entourage en dévoilant ses réelles capacités lors d’un combat mémorable. Enfin, elle n’avait utilisé qu’un tiers de son potentiel lors du combat dans l’arène, jugeant que son adversaire n’en valait pas la peine, et elle voulait se faire discrète sur ses attentions.

_________________


"L'art est de savoir torturer son adversaire sans le tuer directement."


Dernière édition par le Lun 27 Aoû - 15:39, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akatsuki-legend.nice-boards.com
Tsukiyomi Kurosawa
Akatsuki Member - Artiste / Sombre Dictatrice
Akatsuki Member - Artiste / Sombre Dictatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 25
Localisation : Derrière toi, un katana sous ta gorge...
Loisirs : Tuer des ninjas xD
Age RPG : 18 ans
Date d'inscription : 24/08/2007

Fiche du Ninja
Inventaire:
Equipe: /
Citation: L'art est...tuer avec classe!

MessageSujet: Re: | Kurosawa Tsukiyomi / L'Artiste Lunaire |   Lun 27 Aoû - 15:32

III. Les songes d’une Anbu

Elle aimait la pluie, sentir couler ces fines gouttelettes d’eau sur sa peau, la pluie était synonyme de mélancolie ou d’une profonde tristesse ou réflexion. Et dans sa période artistique, qui prendrait bientôt le dessus sur ses ambitions, elle tenait un journal, mais n’importe quel livre, c’était une sorte de Bingo Book personnel. Où elle regroupait les photos et les informations qu’elle avait de certaines personnes. Les personnes qu’elle ciblait. Mais il ne faut pas croire que tous ceux répertoriés dans ce livre seraient ceux qu’elle voulait tuer, non, en gros, tous ceux qui avaient leur nom inscrit dedans, avaient quelque chose d’unique, un talent, une affinité, un pouvoir, une richesse…Mais généralement, les premières pages contenaient les noms de ses « cibles », classés par niveau et par grade ; désirant les faire devenir ses « chef-d’œuvre ». Et en première page, il y avait la fiche d’identité de Fuyutsuke Kurosawa, son père…Outre ce faite, l’ascension au pouvoir de la petite fille qui était devenue une belle adolescente était croissante, elle venait d’être promu au titre d’Anbu de Konoha, avec la satisfaction de son père. Elle avait 14 ans pas plus, et était la meilleure Anbu du village, exécutant froidement ses missions, elle était connue pour être l’Anbu de glace, ou l’artiste Anbu. La jeune Kurosawa avait changée, elle écoutait son père mais avait d’autres projets pour l’avenir, des projets pas très glorieux, plutôt cruels voir sadique. Elle était dictatrice, elle voulait régner sur plusieurs pays voir le monde avec ses lois et ses principes, où l’argent serait roi, où les criminels auraient tous les pouvoirs, et où les autres seraient pauvres. Assez caractéristique d’une psychopathe, mais elle n’était pas vraiment ce qu’on pouvait qualifier de psychopathe, elle voulait juste changer le monde à son image et obtenir la puissance et l’argent. Son père lui ayant mit en tête qu’avec l’argent on pouvait tout avoir, il était dur de la faire changer d’avis.

Mais parlons d’Aoi, la mère de l’héritière. Elle était soumise à son mari et ne pouvait rien lui refuser, approuvant à contrecœur les décisions de celui-ci. Surtout concernant l’avenir de leur fille, Aoi était contre le faite qu’il soit si dur avec elle, surtout qu’il avait commencé à lui mettre l’argent et l’espoir du clan en tête très jeune. Elle ne pouvait rien faire, se sentant impuissante, son mari était un bosseur, il souhaitait ce qu’il voyait le mieux pour sa fille, mais ça rendait Aoi triste, si triste ; de voir une si jeune fille se transformer en glace. Bien que sa si jeune fille était devenue adolescente et approchait de l’âge de raison. Les rapports entre Aoi et Tsukiyomi étaient tendus, même très tendus, Aoi n’essayait pas de changer sa fille, sachant que ça ne plairait pas à son époux. Et Tsukiyomi n’aimait pas sa mère, elle la trouvait inutile, mais le gardait pour soi. La faiblesse de ses parents était devenu sa force, elle resterait secrète sur tout pour assouvir sa vengeance et ses ambitions. Mais un jour, alors que la jeune Kurosawa était Anbu, une embrouille survint, concernant son senpai de l’équipe, Kazuya Takahashi. Alors que Fuyutsuke ruminait dans son coin, en colère, il entendit des bruits de pas s’approcher, levant la tête et se retournant, il vit une ombre au seuil du salon. La voix autoritaire, dure et froide de l’homme s’éleva dans les airs, comme un coup de vent.

- …Tu me déçois. J’attendais mieux de ta part.

- …De quoi parlez-vous ?...Père.

L’ombre cachée par la porte se montra, et une jeune fille d’à peine 15 ans apparût, aux yeux marron, un marron glacé, il n’y avait aucune joie ou autre sentiment dans son regard, le teint pâle, les cheveux bruns. Elle ne faisait aucun mouvement, on aurait pût la comparée à une statue de glace, de l’extérieure du moins, car l’intérieur était déjà rongé par la froideur et la haine.

- De ta mission. Est-il vrai que tu as refusé d’obéir à un ordre de ton supérieur ?


N’entendant aucune réponse, l’homme au teint mate et aux cheveux bruns ferma lentement ses yeux, les traits de son visage étaient tirés, on pouvait y lire d’un certain malaise et une colère incontrôlée. La jeune fille n’eut aucune réaction non plus, attendant le verdict.

- Pourquoi donc ? Ne t’ai-je rien appris ? Ne t’ai-je rien enseigné ?

- Vous ne connaissiez pas les ordres.

- Détrompe-toi. Tu m’as déçu. J’espérais tant de ta part, tu te dois de faire ce que l’ont te dit de faire, et peut importe la mission ou l’ordre donner. Tu aurais pût être renvoyée des Anbus. Mais j’ai réussit à en discuter avec Kazuya-sama. Tu donneras tes plates excuses demain.

- …Peu importe. Je ne m’excuserai pas, j’ai eu raison d’agir ainsi.


- …Quel modèle donnes-tu donc à ta cadette ? Comment veux-tu qu’elle grandisse si tu ne lui donnes pas le bon exemple ? Soit la parfaite héritière que tu es, et ne me contredis pas. Je ne voudrais pas en venir aux mains. Maintenant retire-toi.

- Bien, Père.

L’adolescente s’éloigna en silence et quitta le salon de la demeure pour quitter la maison familiale. S’aventurant dans les rues de la ville, le regard vide et dénué d’émotion, elle ne savait même pas ce qu’elle ressentait elle-même. Peut-être de l’incertitude ? Un mélange de colère ? De haine ? Peut-être…Mais elle ferait comme son père lui disait de faire, il avait était au courant de la dernière mission qui s’était déroulée aux environs de Kiri no Kuni. La mission était d’assassiner un groupe de trafiquants en armements. Mais, tout ne s’était pas déroulé à la perfection, à vrai dire, l’équipe d’Anbus qui était composée de quatre personnes avait été pris dans une embuscade ennemie. Ils avaient réussis à s’en sortir sans trop de dommages, mais pas pour tous, le médecin Anbu du groupe avait été gravement blessé, sa vie ne tenait qu’a un fil. Et Kazuya-sama, le chef de l’équipe, avait ordonné d’abandonner la mission, jugeant que si le médecin du groupe mourrait, la mission serait un échec cuisant. Mais une personne féminine s’interposa, et défia le chef de haut lui disant qu’il avait tort et qu’ils pourraient parfaitement s’en sortir sans le médecin ; affirmant que la présence du ninja spécialiste des soins était plus un fardeau qu’autre chose pour la mission. Kazuya-sama avait beau rappeler qu’il était le chef, l’interposée s’en fichait royalement, continuant de dire qu’il fallait continuer la mission coûte que coûte et que d’après les règles des shinobis, la mission était une priorité avant ses compagnons. Kazuya-sama était contre ce règlement, il voulait sauver le médecin, tout simplement parce que c’était son meilleur ami, et meilleur équipier depuis sa promotion au titre de Chef Anbu de Konoha. Et la partie féminine ne l’emporta pas, Kazuya-sama lui lança un ultimatum, soit elle obéissait soit elle serait renvoyée. Et suite à ça, la Kunoichi Anbu abandonna et se tût jusqu’au retour de l’équipe au village. Bien sûr, ce qu’avait dit le Chef n’était guère une menace, il allait bien évidemment la renvoyée, mais le père de la jeune Kunoichi qui s’était interposée, s’arrangea avec lui pour éviter des problèmes à sa fille. L’affaire fût close, mais pas dans toutes les mémoires. Car, la personne qui s’était interposée, voulant continuant la mission, même si c’était du suicide comme le médecin de l’équipe était hors service et qu’il allait mourir, était Tsukiyomi. Le lendemain, le jeune Anbu présenta ses excuses au Chef, qui les accepta et reprit la Kunoichi dans son équipe ; mais plus par menace du père de celle-ci qu’autre chose.

IV. L’apogée des souffrances, le soulagement.

Et c’est un soir, alors que la pluie était omniprésente, inondant les rues et les citoyens qui courraient pour se mettre à l’abri. Un soir de pleine lune, un meurtre allait être commit. Un kunai en main, une ombre s’approcha d’Aoi Kurosawa par derrière, celle-ci se trouvait dans le salon principal de la demeure, rangeant un livre dans la bibliothèque. Le kunai froid se planta dans le dos de la femme, qui poussa un cri de douleur avant poser sa main sur son ventre, sentant le sang couler de son corps jusqu’au plancher. Elle se courba légèrement, mais l’assassin fût plus rapide et prit Aoi par les épaules pour lui donner un coup de pied en plein ventre ; la femme cria de douleur, souffrant atrocement, mais ce n’était que le début. La silhouette féminine retira le kunai du corps de la femme et le replanta au même endroit, au niveau du dos, recommençant son ouvrage pendant plusieurs minutes, sous les cris de douleur de la mère. Finalement, elle arrêta et Aoi pût mourir dans le silence, au sol, les mains sur son ventre. Un claquement de porte se fit retentir, et des pas d’origine masculine s’approchèrent, alerté par les cris de son épouse, Fuyutsuke arriva devant le salon et ce qu’il était atroce.


- Aoi ?...

Dit-il finalement, regardant le corps inerte de sa femme sur le plancher, la tête baignant dans son propre sang. Une silhouette féminine se trouvait à ses côtés, les mains ensanglantées et couvertes de sang. Fuyutsuke ne tarda pas à comprendre et regarda froidement sa fille, qui demeurait silencieuse, le visage neutre et indifférent.

- Tu l’as tuée…Père…Mentalement…Comme tu le voulait.

On pût distinguer ces quelques mots venant de la bouche de l’adolescente, qui fit quelques pas, et Fuyutsuke vit clairement le visage pâle de sa fille. La pluie ne cessait de couler sur les tuiles de la demeure. Le décor était bien morbide, un cadavre, du sang, de la pluie, les sentiments respectifs des deux Kurosawa : la haine. Mais dans l’un, ce n’était que la haine qu’on éprouve en voyant un meurtre, tandis que dans l’autre, c’était une haine semblable à celle qu’on a en voulant donner la mort à quelqu’un. L’adolescente, habillée d’un simple kimono blanc, long, cachant ses doigts et ses pieds qui étaient nus ; se décida à s’approcher, doucement, de son père, son kunai en main, caché par le pan de la manche de son kimono. Une fois à quelques mètres de lui, une larme coula sur le plancher, venant des yeux de la Kunoichi. Le père ne fit pas un mouvement, il attendait, attendait la suite des évènements, ayant la certitude qu’il serait le prochain.

- Le clan ! La société ! Votre fierté ! Il n’y a donc que ça qui comptes ?!

Cria-t-elle, les yeux inondés de larmes, pas des larmes de tristesse, mais de colère. Enfonçant son kunai dans le torse de son père, qui sentit ses genoux fléchir avant de s’agenouiller froidement et de s’écrouler sur le sol dur du salon. La pièce était étrangement calme, on ne pouvait entendre que les fines gouttelettes de pluie cogner contre le sol à l’extérieur. Mais le calme ne dura pas, les yeux fermés, la jeune fille sortit la lame du kunai du corps de son père et attendit quelques secondes avant de l’enfoncer une nouvelle fois, mais au niveau du cœur ; il cracha du sang, sang qui coula sur la manche du kimono de l’adolescente.


- …Meurt…meurt…MEURT !!!

Continua-t-elle de crier, mutilant le torse de l’homme avec son kunai, créant de fines coupures à de profondes entailles ; perforant ses poumons et son cœur, qui avait lâché depuis plusieurs minutes. Mais elle ne pouvait s’arrêter, hurlant qu’il meurt, le blessant de plus en plus. Elle savait pourtant que ca ne servait plus à rien, il était mort, mais sa rage, sa patience, sa colère, ses nerfs ne le supportèrent pas, ne supportèrent pas qu’il meurt en un seul coup. Voulant le faire souffrir avant de l’achever ; c’était raté…Mais pas dans l’esprit de la Kunoichi. Qui s’arrêta, lâchant le kunai qui tomba sous un bruit sourd, se dirigeant vers le jardin en plein air de la demeure, voyant que la pluie était de plus en plus violente ; elle reste en retrait. Mais ses yeux qui étaient vides se réveillèrent et la surprise prit place sur son doux visage. Franchissant la protection contre la pluie que lui offrait la pièce, se mettant à découvert, au centre du jardin, sous cette pluie, qui ne cessait de marteler le sol. La Kunoichi leva sa tête vers le ciel, dénué de soleil, voyant que de sombres nuages et cette lune, si claire, si solitaire, si rassurante en un soir comme celui-ci. Laissant couler ses larmes le long de ses joues, qui se mêlèrent à la pluie, les yeux légèrement ouverts, appréciant le contact délicieux des gouttelettes de pluie sur sa peau ; se délectant de cette sensation. La même sensation qu’elle eût, tuant de sang-froid sa mère et son père, sentant qu’elle leur ôtait la vie, que du sang coulait sur ses vêtements, sur le sol, sur ses mains. Elle était une meurtrière, elle avait à son tour, eut les mains souillée de sang qui n’était pas le sien, mais celui de sa propre famille.

Après ce long silence, avant la tempête, la jeune Kurosawa prit son kunai, et approcha la lame de ses longs cheveux bruns, elle les coupa violemment au niveau de la nuque. Les mèches de ses cheveux virevoltèrent près d’elle pour retomber par terre. Elle jeta le kunai au sol, et s’éloigna du jardin, quittant la demeure, prenant seulement avec elle son katana et son bandeau frontal de ninja, qu’elle barra…Marchant dans les ruelles de Konoha, avant de quitter définitivement le village, errant ainsi dans la forêt, pour arriver jusqu’aux montagnes près du village, avec les deux statues de pierre. Là, elle s’arrêta et observa pendant de longues minutes les deux hommes de pierre, baissant ses yeux, fixant le sol ; avant de reprendre sa route. Son voyage dura de nombreuses années, elle ne fût plus la même qu’autrefois, devenant une tueuse, faisant ce que bon lui semblait, n’ayant plus de limites, devenant une criminelle de classe S pour ses autres meurtres. Car elle assassina le Tsuchikage, qui était le deuxième dans sa liste...Sa voie était prise, elle s’était résignée à faire ce qui lui était le plus profitable ; et elle eut bien évidemment entendu parler du massacre du clan Uchiha. Du haut de ses 18 ans, ayant eut l’habitude d’être pourchassée pour ses crimes, elle chercha l’auteur du massacre, désirant avant tout avoir elle aussi, cette force…


_________________


"L'art est de savoir torturer son adversaire sans le tuer directement."


Dernière édition par le Mer 29 Aoû - 2:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akatsuki-legend.nice-boards.com
Tsukiyomi Kurosawa
Akatsuki Member - Artiste / Sombre Dictatrice
Akatsuki Member - Artiste / Sombre Dictatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 25
Localisation : Derrière toi, un katana sous ta gorge...
Loisirs : Tuer des ninjas xD
Age RPG : 18 ans
Date d'inscription : 24/08/2007

Fiche du Ninja
Inventaire:
Equipe: /
Citation: L'art est...tuer avec classe!

MessageSujet: Re: | Kurosawa Tsukiyomi / L'Artiste Lunaire |   Lun 27 Aoû - 15:32


Plus:

Techniques:

| Ken no Ame no Jutsu| (Pluie d'Epées)
L'utilisateur doit posséder une épée en main et au moment de porter un coup sur l'ennemi; celui-ci se fait poignarder par plusieurs épées invisibles à l'oeil nu.

| Chimei Teki na Tenkai no Jutsu | (Dédoublement Meurtrier)
L'épée ou l'arme de l'utilisateur se dédouble.

| Bakuhatsu Sei no Geijutsu, Geijutsu Ka no Chi | (L'Art Explosif, le sang de l'artiste)
Cette technique ne s'utilise qu'en présence du sang de l'utilisateur, car il faut que ce sang soit mit à l'endroit même qui doit être exploser. Une fois ceci fait, l'endroit ou la chose ou la personne qui contient le sang finit sous une explosion.

| Kuchiyose : Geijutsu no Mezamashi Tokei | (Réveil de l'Art)
Cette technique est une invocation, celle du dieu des golems de pierre, le golem est donc à la disposition de son maître. Mais pour l'invoquer il faut obligatoirement avoir de la terre à proximité.

| Kuchiyose : Chiisai Gooremu, Watashi Tachi Subete ni ii Nasai | (Petits Golems, dites nous tout)
Une technique d’invocation qui n’a aucuns rapports avec le clan. Spécifique à ceux qui ont établit un contrat avec le roi des golems de pierre. L’utilisateur invoque un, deux ou trois petits golems(fils du roi), ils ne sont d’aucunes utilités dans un combat en attaque. Mais ils sont des encyclopédies, ils connaissent tout et peuvent renseigner l’invoqueur.

| Kanri sa re ta Bakuhatsu no Jutsu | (Explosion Contrôlée)
Il suffit de poser une main au sol ou faire un signe pour qu'à un endroit précis(l'utilisatrice le choisit du regard) ça explose.

| Chimei Teki na Ana no Jutsu | (Trou Meurtrier)
L’utilisateur doit poser une main au sol, et après le sol explosera, et formera un immense trou de plusieurs mètres de profondeur.

| Hebi no Me no Jutsu | (Les Yeux du Serpent)
Une technique de Genjutsu. Après que l’utilisateur eut fait sa technique, aux alentours, tout devient noir. Tout est plongé dans les ténèbres.

| Yokkyuu no Sakkaku no Jutsu | (L’illusion de l’Envie)
Une autre technique de genjutsu, cette technique là fait voir à l’adversaire ce qu’il désire le plus au monde. Utile pour la distraction et espérer une fuite.

| Ninpô : Kuneri no Ningen, Dai 1 | (Bombe Mortelle, la numéro 1)
Une technique qu’a crée Tsuki, à partir du sceau en forme de tatouage d'Anbu. C’est sa carte secrète, elle ne l’utilise que dans des cas très rares et quand elle n’a pas le choix. Cette technique se base sur l’explosion, et il suffit que l’utilisateur face une série de signes pour provoquer une gigantesque explosion, qui est capable de détruire bien plus qu'un village. Mais elle requière énormément de chakra, et il se peut même que l’utilisateur n’y échappe pas, a moins de réussir à s’échapper avant, mais en étant très blessé, vu que cette explosion s’étend sur des kilomètres.

| Doton : Dochuu no Eigyo |
Permet de rentrer sous terre et d'y ressortir silencieusement parfait pour les assassinats.

| Doton : Shinjuu Zanshu no Jutsu |
Permet de vous cacher sous la terre et de forcer l'ennemi a y pénétrer.

| Doton : Doryûtaiga no Jutsu |
Technique permettant de créer un torrent de boue capable d'emmener l'adversaire avec lui.

| Doton : Arijigoku no Jutsu |
Le ninja est sous terre et aspire dans le sol tout ce qui se trouve a proximité.

| Doton : Doryûheki no Jutsu |
Crache de la boue sur le sol puis se transforme en un gigantesque mur qui peut vous protéger d'un grand nombre de techniques.

| Doton : Yomi Numa |
Permet d'immobiliser n'importe quoi, il est très dure de sortir de ce marécage, plus on se débat, plus on s’enfonce.

| Shosen no Jutsu |
Jutsu Médical, permettant de pratiquer une chirurgie à l'aide du scalpel chakra. Mais cette technique peut aussi être utilisée dans un but offensif, et grâce à une certaine précision, toucher des organes ou un autre point avec le scalpel.

| Chakra Kuuin No Jutsu |
Jutsu Médical offensif. L'utilisateur pose sa main sur l'adversaire pour lui absorber du chakra.

| Shikon no Jutsu |
Jutsu considéré comme médical. Il permet de ranimer le corps d'un mort pendant quelques instants.

| Dokunuki no Jutsu |
Jutsu Médical, permettant d'extraire tout type de poison d'un corps humain.

| Chiyute no Jutsu |
Jutsu Médical, considéré comme un jutsu de soin, il permet l'accélération des cellules régénératrices, et offre une cicatrisation très rapide pour une guérison immédiate.

Votre Affinité(s): Doton

+: Spécialiste en Jutsus Médicaux et au combat au katana. Est connue pour attaquer toujours de front avec soit une arme soit ses poings.

Hors Fiche:

Votre Prénom: Kimberley

Votre Age: 15 ans (depuis le 22 )

Comment vous avez connût le forum?: Fondatrice

Comment trouvez-vous le design?: Aka Attitude xD

Vos jours de présence: Tous les jours, pour votre plus grand plaisir

Mot Secret: Un admin n'a pas de code à donner, quelle stupide question!(quoi? comment ça c'est de l'abus de pouvoir xD)

_________________


"L'art est de savoir torturer son adversaire sans le tuer directement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akatsuki-legend.nice-boards.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: | Kurosawa Tsukiyomi / L'Artiste Lunaire |   

Revenir en haut Aller en bas
 
| Kurosawa Tsukiyomi / L'Artiste Lunaire |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Wedin Mainbleue [Guérisseur, artiste & cie]
» présentation de l'artiste
» Fiche technique de l\'artiste
» L'artiste, un être solitaire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[ Akatsuki Legend ] :: Accueil :: Présentation des Ninjas :: Fiches Validées-
Sauter vers: